Je pense à toi !

À propos d'hier soir...

Couchée dans mon lit, pensant à toi,
j'ai senti ce besoin urgent de t'attraper et de te serrer très fort.
Je ne peux pas oublier la nuit dernière...

Tu es venu pendant cette nuit calme, et ce qui est arrivé dans mon lit
 me laisse encore des sensations de picotements sur mon corps...

Tu es apparu de nulle part et, sans gêne, ni retenu,
tu t'es couché sur mon corps.
Un corps chaud et sans défense, comme tu les aimes. 
Tu as senti mon indifférence, alors tu as commencé à me mordre
sans remords ou humiliation, et ça m'a rendue complètement folle...

Cette nuit, tu l'as passé à parcourir mon corps,
en t'attardant ici et là...

Ce matin, lorsque je me suis réveillée, tu étais parti.
Je t'ai cherché partout, mais sans succès. 
 Seuls les draps sont témoins de ce qui s'est passé cette nuit-là.

Mon corps porte encore les marques de ta visite.
Ce qui rend encore plus difficile ton oubli.

Ce soir, je vais rester éveillée à t'attendre...

Mon « tabarnouche » de maringouin...

 Attends que j'te pogne !!!

 

 

Du site Chez Maya
Les cartes virtuelles
L'humour... toujours l'humour
Pour joindre la mailing list

Pour envoyer cette page par courriel. 


Site Meter

<bgsound src="13a.mid" loop= "1 ">